du côté des parents

Message d’amour et de gratitude

Nous vous partageons la lettre reçue d’une mère de deux de nos membres-jeunes.

Belle lecture!

” Bonjour à tous.

 

Je voudrais remercier TOUS les membres de l’école à l’ère libre.


Merci d’avoir eu un jour cette idée folle.


Merci de vous être donnés les moyens pour concrétiser ce projet.


J’imagine que vous avez traversé tellement d’obstacles (et encore aujourd’hui) pour aller au bout de ce rêve.


Merci à vous tous car chaque jour, avec vos baguettes magiques, vous saupoudrez sur nos enfants des ingrédients de vos recettes du bonheur.


Vous êtes comme des petites fées qui contrent les mauvais sorts, à coup d’empathie, de respect, de justice, d’égalité, de générosité, de confiance, de tolérance, de bienveillance, d‘ouverture d’esprit


Cette école, c’est la maison du bonheur. Avec les enfants vous formez une équipe pleine de vie, pétillante, c’est coloré, magique, bourdonnant d’idées intéressantes, d’échanges, de partages. Bref, tout ce qui vaut le coup dans la vie. Un vrai feu d’artifices ! Si toutes les écoles et les foyers suivaient ce modèle, ça ne feraient que des enfants heureux, qui deviendraient des ados bien dans leur peau pour être ensuite des adultes épanouis. Du coup, il n’y aurait plus de guerre, de vol, de viol, de méfiance, de haine, de jugement…Je ne pense pas que j’exagère, je crois vraiment à ce que vous faites !


Et pour ça, MERCI l’école à l’ère libre, MERCI l’école du bonheur de nous montrer le chemin !


Je suis tellement contente de l’avoir croisé ce chemin où mon/mes enfants peuvent enfin s’épanouir en apprenant. Pour la première fois depuis ses expériences scolaires, j’ai entendu Tao dire la veille de la rentrée « super demain on retourne à l’école ». Et Nolan qui avait goûté à cette liberté en début d’année, qui avait fait le choix de retrouver voir ses copines à l’éducation nationale, qui fait son chemin, et qui contre toute attente, réclame haut et fort de venir vous retrouver.


En fait je crois que vous êtes les meilleurs dealers du monde, vous droguez nos enfants à la joie. Vous êtes les meilleurs soignants (et je suis infirmière !) en prenant soin, au sens noble du terme, chaque jour, de nos chérubins !


Voilà, je crois que vous l’aurez compris, je voulais vous dire merci pour ce que vous faites et ce que vous êtes.


Allez, j’arrête, je vous rends votre temps libre ! ”